Festival de yoga à Montréal : quand asanas et méditation riment avec danse, percussions et discussion

YFM-anatomyLocal de A à Z, écologique, musical et bilingue. Tel sera le Festival de yoga à Montréal, organisé du 31 mai au 2 juin au Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec par les membres de Yocomo, Anne-Lisa de Forest, Nadia Stevens, Roseanne Harvey, Miranda Chapman and Jordan Nardone. Roseanne Harvey, cofondatrice du festival et plume du blogue de yoga It’s all yoga, baby nous parle du cru 2013.

DFM : Roseanne, tu es l’une des organisatrices du Festival de Yoga à Montréal, un festival local, communautaire et bilingue. Pourquoi un festival de yoga à Montréal?

Roseanne : Il est bon pour les membres de chaque communauté, yogique ou autre, de se réunir, de pratiquer ensemble et d’apprendre les uns des autres. Il y a des conférences ou festivals annuels de yoga dans plusieurs grandes villes canadiennes, comme Toronto et Vancouver, mais Montréal n’avait pas encore le sien jusqu’à l’année dernière.

DFM : Quel est le bilan du premier festival de yoga montréalais de 2012?

Roseanne : Un immense succès! Il y avait une très bonne ambiance, les participants se sont beaucoup amusés et nous sommes rentrés dans nos comptes. Les gens en parlent encore. D’ailleurs, le prochain festival suscite un grand buzz et semble très attendu.

DFM : La deuxième édition compte-t-elle des nouveautés par rapport à l’an dernier?

Roseanne : Beaucoup de choses sont nouvelles cette année! Entre autres, il y a des cours de yoga pour les enfants, des bourses pour les participants, un nouveau traiteur, etc. Le programme est très différent de celui de l’an dernier, à la fois avec plusieurs nouveaux enseignants et des visages familiers, pour avoir un sens de continuité et de collectivité.

DFM : L’an dernier, j’avais été frappée par la dimension écologique du festival. Est-ce que ce sera le cas cette année?

Roseanne : Le festival sera écologique. Tout d’abord, les professeurs, exposants et sponsors sont tous de Montréal. Cette dimension locale diminue beaucoup l’empreinte écologique et aide à lutter contre les changements climatiques, puisque personne ne prend l’avion et puisqu’on peut tous venir à pied, en vélo ou en transports communs. En outre, comme l’an dernier, nous aurons du compost sur place et nous ne vendrons pas de bouteilles d’eau.

danse DFM : L’an dernier, vous aviez fait la part belle à des pratiques qui conjuguent yoga et danse. Qu’est-ce qu’il y a au programme cette année?

Roseanne : L’atelier Yoga Remix conjugue un style de danse Bollywood avec des asanas et de la méditation. Mylène Roy donnera aussi un cours de Danga, une danse très énergétique combine avec du yoga. Notre soirée d’ouverture du vendredi soir fera aussi appel à une performance interactive de danse, des chants de kirtan et de l’acro yoga.

YFM-handstand <DFM : Qu’en est-il de l’intégration de l’action sociale dans une pratique de yoga?

Roseanne : L’atelier Corps activistes : descendre le yoga dans la rue, animé par Allison Ulan et Carina de Menna, se penche sur les liens entre l’action sociale et le yoga. Le samedi soir, on organise aussi une discussion collective sur le yoga, notamment en ce qui concerne l’accessibilité et l’inclusion de tous et toutes. Tout d’abord, s’exprimeront des intervenants, tels que des enseignants de yoga, des propriétaires de studios, des chercheurs et des activistes. Ensuite, il y aura une discussion de toute la communauté montréalaise de yoga. Gratuite et ouverte à tout le monde, cette activité est caractérisée par une dimension d’action sociale.

Quelques suggestions de Dance from the Mat : Corps Activistes: Descendre le yoga dans la rue ; Dvanda : L’immense/petit bal des opposés (Danse/Yoga) ; Yoga Remix ; Chakras/Percussion/Son ; OMnipotence : Le yoga du son ; Kinéson : Son et mouvement ; Une exploration de la stabilité et de l’Intégrité du genou en yoga ; Mouvement dans le repos : une pratique restaurative ; Le concert méditatif et bien d’autres.

Publicités

Livre : Le yoga dans l’air du temps

Saviez-vous que Roseanne Harvey, l’auteure du blogue It’s all yoga, baby, vit à Montréal? La jeune femme sort avec Carol Horton un ouvrage collectif proposant un regard critique et constructif sur le yoga et sur sa place dans la culture contemporaine en Amérique du Nord.

Si vous êtes de ceux qui pensent que le yoga, c’est pour les gens qui vivent un peu beaucoup en marge du monde, qui vous fusillent du regard si vous frôlez avec votre orteil gauche la bordure de leur tapis, à l’écart dans leur bulle de « zénitude » et pas concernés pour un sou par ce qui se passe autour d’eux, alors Roseanne Harvey vous fera sûrement changer d’avis.

J’ai rencontré Roseanne, alors qu’elle co-organisait, avec ses comparses de Yocomo, le premier festival de yoga à Montréal : un festival local, écolo, joyeux, bon enfant, qui ne se prenait pas la tête. À l’image de Montréal quoi. Ancienne rédactrice en chef du magazine de yoga Ascent, Roseanne est la plume derrière le blogue It’s all yoga, baby, où elle décortique avec humour et intelligence toutes les facettes – sociales, économiques, politiques, etc. – de la culture du yoga, pratique répandue s’il en est. Si Roseanne porte un regard critique sur les problématiques du yoga dans nos sociétés contemporaines – comme par exemple tout l’aspect du consumérisme et du marketing, le fait que la pratique du yoga tend à être réservée à une certaine élite socio-économique et exclut les gens « autres », quelle que soit leur altérité – elle célèbre aussi les initiatives communautaires et le potentiel créatif et fédérateur de la pratique. Elle s’intéresse notamment à ce qu’on appelle le « yoga service », l’intégration du yoga dans des actions destinées à des publics en difficulté et, ou en marge, comme des jeunes à risque, des détenus, des femmes qui ont subi des violences, ou tout simplement des personnes qui n’ont pas accès au yoga pour des raisons économiques. Roseanne enseigne également le yoga, en particulier à des personnes qui ne se sentent pas à l’aise dans un studio de yoga classique. Quand elle n’enquête pas, n’écrit pas, n’organise pas des événements et n’enseigne pas le yoga, Roseanne participe à des matchs littéraires, elle s’adonne à différents styles de danse, se passionne pour un tas de choses. En bref, Roseanne est une chic fille, bien ancrée dans les réalités d’aujourd’hui.

Roseanne Harvey et Carol Horton lancent ce samedi à Montréal un ouvrage collectif qu’elles ont dirigé. Le livre 21st Century Yoga : Culture, Politics and Practice – le yoga au 21ème siècle : culture, politique et pratique – réunit les essais de plusieurs auteurs (des professeurs de yoga, des psychothérapeutes, des activistes, etc.) Pour sa part, Carol Horton est l’auteure de deux livres sur le yoga ; elle est également professeure de yoga et donne notamment des cours à des détenues. Titulaire d’un doctorat en sciences politiques, elle travaille en milieu communautaire, au sein d’initiatives destinées à des familles à bas revenu.

21st Century Yoga : Culture, Politics and Practice explore les diverses dimensions de la pratique du yoga en Amérique du Nord et aborde entre autres les questions de l’image corporelle, de la désintoxication, de l’équité sociale, des transformations sociétales, de l’activisme, etc. Alors que le yoga devient une pratique de plus en plus à la mode, prise d’assaut par le marketing et les grandes marques, les deux auteures ont remarqué le manque d’un regard critique et réflexif, qui étudie le yoga sous tous ses angles et réponde aussi aux polémiques suscitées par la pratique quant à ses éventuels effets négatifs dans les médias.

Avec leur ouvrage, Roseanne et Carol veulent donner la parole à des personnes qui ont une réflexion critique et constructive sur le yoga. Encore timide au sein de la communauté, cette réflexion existe, mais est peu présente dans les publications. « La plupart des livres sur le yoga sont, soit instructifs (sur la technique des asanas), soit historiques/philosophiques. Peu d’entre eux se penchent sur la place du yoga dans la culture nord-américaine contemporaine, explique Roseanne. Carol avait lu beaucoup de textes intéressants dans la blogosphère et souhaitait que ces idées soient développées dans un format plus long, sous forme d’essai ».

Roseanne et Carol on fait appel à dix auteurs. Entre autres, Michael Stone établit des liens entre la pratique du yoga et le mouvement Occupy. Matthew Remski s’intéresse lui aussi à l’activisme mais dans une perspective plus communautaire, dans son chapitre intitulé “le yoga moderne ne formera pas une vraie culture avant que chaque studio fasse aussi office de soupe populaire et autres observations émanant du seuil entre yoga et activisme ». Il propose des pistes concrètes pour intégrer davantage une dimension d’action sociale dans le yoga. Roseanne, quant à elle, se penche sur l’écriture en tant que pratique du yoga, envisagée comme un outil de réflexion sur soi et de développement personnel.

Le lancement du livre aura lieu ce samedi 29 septembre à Yoga Resource et sera, bien entendu, convivial et festif.

17 heures Cours de yoga gratuit avec Carina Raisman

18h30 Souper préparé par la communauté de Yoga Resource

20h Discussion avec Roseanne Harvey et Frank Jude Boccio, l’un des auteurs du livre

Si vous souhaitez vous procurer le livre, cliquez ici.

 Lancement du livre 21st Century Yoga : Culture, Politics and Practice samedi 29 septembre à Yoga Resource, 5141 rue Saint-Denis à partir de 18h30 (cours de yoga gratuit à 17H).