Salt in my nose, un film en provenance de Beyrouth à Cinedans

Un an après la sélection de We might as well par Cinedans, la réalisatrice libanaise Wafa’a Halawi récidive avec Salt in my nose. Ce nouveau film a ceci de particulier qu’il s’inscrit dans le cadre d’une initiative éducative mise sur pied par Julie Weltzien et Anne Gough à l’Université Américaine de Beyrouth, 4D Dance-Design Design-Dance. Destinée principalement à de jeunes non-danseurs vivant en milieu urbain, 4D vise à « réétablir des connexions physiques avec l’environnement abandonné»,, en faisant appel à une interaction à travers le corps et tous les sens avec le milieu naturel. Le projet prend appui sur l’apport de participants qui développent des séquences chorégraphiques et adaptent celles-ci à un lieu sélectionné par leurs soins. En effet, les instigatrices du projet, Julie Weltzien et Anne Gough, se sont données un rôle de facilitatrices catalysant un processus collectif de créativité et de recherche et ne voulaient surtout pas être des professeurs ou des chorégraphes auditionnant pour une performance.

Le projet 4D est ancré dans les réalités et le contexte du Liban, caractérisé par une mutation accélérée des paysages urbains et ruraux liée à l’urbanisation et par une scène de danse contemporaine en plein essor. Non contentes d’introduire des jeunes au mouvement et à la danse contemporaine, Julie Weltzien et Anne Gough souhaitaient également investir des lieux abandonnés ou marginaux pour des performances éphémères et connecter entre eux les milieux ruraux et urbains. 4D a ainsi donné lieu à des périodes de recherche collective qui ont abouti à la production de trois films de danse dans la montagne enneigée, au bord de la mer et dans la ville, avec le concours de Wafa’a Halawi.

Publicités

Vidéo de la semaine : Reines d’un jour de Pascal Magnin

Un de mes films de danse préférés. La danse contemporaine en nature, ou comment tournoyer sur des collines, s’approprier avec les courbes de son corps et la plante de ses pieds les vallons, l’herbe touffue et la montagne.

Anne, une de mes profs favorites, me l’avait fait connaître à Beyrouth. Pour une analyse très intéressante de ce film, lire ce texte du blogue Regards Hybrides sur la vidéo-danse : ici.

Note : J’ai commencé un nouvel emploi, il y aura moins de posts cette semaine. Restez à l’affût pour une entrevue avec France Geoffroy sur la danse intégrée et un retour sur l’ouverture de la saison de danse à l’Agora la semaine prochaine!

« Je danse, donc j’habite »

Photo de Léa Najjar

Une performance à Beyrouth

6 et 7 juin à 8h00 pm/ 20h. La neige. La mer. La ville.

Chorégraphie et scénographie par des étudiants et des danseurs

Dans le cadre du projet 4d, dont on reparlera dans ce blogue, les interprètes explorent l’espace et l’environnement à travers le mouvement. Quelques informations sur un projet connecté à celui-ci, créé par la même actrice : http://www.dancereflaction.org/ViewResearch.aspx?ResearchId=41