Bouge d’ici : Micro ouvert pour la danse

karenBouge d’ici, le festival de la relève en danse à Montréal, sera l’occasion pour la chorégraphe Karen Fennell de lancer So You Think That Was Dance? un espace d’expérimentation mensuel où des artistes émergents ou aguerris pourront présenter leur travail en moins de dix minutes.

Clin d’œil espiègle à l’émission télévisée Do You Think You Can Dance, l’événement mis sur pied par la chorégraphe-interprète Karen Fennel n’a rien d’une compétition entre des danseurs formatés : « C’est une soirée « micro ouvert » pour la danse, une plateforme où des artistes pourront présenter des chantiers en cours, des extraits de pièces existantes ou toute création qu’ils voudraient tester devant un public en moins de dix minutes » explique Karen Fennell, organisatrice et animatrice de l’événement. D’une durée approximative de 75 minutes, chaque édition devrait compter six à huit pièces et être suivie par une rencontre informelle dans l’espace commun du Mainline Theater où public et artistes pourront prendre un verre.

Le concept de So You Think That Was Dance? pourrait rappeler celui des soirées montréalaises Short & Sweet, où les nombreux participants disposent de trois minutes pour se produire sur scène. Mais la différence est que ce sera un événement plus court, où on pourra s’immerger dans l’univers de quelques jeunes chorégraphes et socialiser : «l’accent n’est pas mis sur la création d’une pièce exclusive pour l’événement ou sur la limite de temps. Il s’agit surtout de rassembler la communauté montréalaise des performeurs pour échanger à propos de notre travail de création et de nos questionnements dans une atmosphère détendue, poursuit Fennell. Et s’il y a aussi échange entre les danseurs et les spectateurs, c’est fantastique ». En outre, il n’y a pas de processus de sélection des chorégraphes: « C’est premier arrivé, premier servi » explique Fennell. Ainsi, So You Think That Was Dance? constitue un espace d’expérimentation et de rencontre, fournissant des possibilités d’interaction et de discussion au sein des artistes et entre le public et eux.

L’événement-pilote consistera en huit performances, celles de Karen Fennell et Jackie Gallant, Michael Watts, Emma-Kate Guimond, Lucy M. May & Patrick Conan, Shannon Leibgott, Nate Yaffe, Emilie Legs et Helen Simard. Portant un regard de chorégraphe sur les concerts live et s’intéressant aux gestes dérivés des musiciens sur scène, Helen Simard avait marqué les esprits lors du dernier Piss the Pool, avec sa mise en mouvement d’une chanson jouée par le groupe montréalais Dead Messenger qui s’était transformée en expérience collective, festive et touchante. Interprète chez Dave St-Pierre, Sidi Larbi Sherkaoui et la compagnie batave T.R.A.S.H, Michael Watts compte notamment à son actif une création solo intitulée « What about me?!? » sur les pérégrinations existentielles d’un clown, marquée par la grande physicalité du danseur. Celui-ci avait également créé une pièce truculente avec des danseurs libanais et palestiniens lors d’un atelier à Beyrouth. D’une gestuelle flying-low exigeante et athlétique, cette création empruntait à la danse-théâtre et se basait sur une lecture humoristique et assez fine des réalités locales.

So You Think That Was Dance? promet donc d’être un événement ludique et éclectique, idéal pour se familiariser avec la danse contemporaine, découvrir de nouveaux artistes et, pourquoi pas, parler danse.

Publicités

Nuit Blanche : danser jusqu’au bout de la nuit

Le Bal Moderne de la 2ème Porte à Gauche. La philo-danse est à l'honneur cette année, à la Grande Bibliothèque.

Le Bal Moderne de la 2ème Porte à Gauche. La philo-danse est à l’honneur cette année, à la Grande Bibliothèque.

Le samedi 2 mars, aura lieu la Nuit Blanche, organisée dans le cadre des festivités de Montréal en lumière. Au programme, une pléthore d’activités de tous genres à travers la ville. Nuit Blanche sera dansante ou ne sera pas.

Pour les afficionados de danse contemporaine, je vous livre quelques suggestions (liste nullement exhaustive) :

• Investissant l’espace Hegel de la Grande Bibliothèque et animé par un philosophe en chair et en os, le Bal Moderne de la 2ème Porte à gauche conjugue philosophie et danse, mouvement et pensée. Dans ce bal festif, plusieurs chorégraphes – Katie Ward, Raphaëlle Perreault, Emmalie Ruest et Milan Gervais – vous proposeront d’apprendre des phrases dansées simples, inspirées pour l’occasion de Rancière, Foucault, Deleuze et Merleau-Ponty. Le bal est pour tous et toutes, nul besoin d’être un danseur averti. Les débutants sont plus que bienvenus. Et après, vous pourrez vous trémousser librement au son des platines d’un DJ.

• Au Monument National, les Sœurs Schmutt seront à l’affiche dans le cadre du Cabaret de la Nuit, avec la Fanfare Pourpour et d’autres artistes. Les Sœurs Schmutt sont deux sœurs jumelles chorégraphes qui créent des pièces oniriques et immersives. Et, à minuit pile, elles nous promettent une surprise.

• Au Main Line Theater, en collaboration avec Art Matters, est annoncée une soirée de performances. Le collectif d’artistes Body Slam sera de la partie, donnant à voir une exploration de la nature humaine à travers la danse contemporaine, le breakdance, la musique, la poésie, etc.

• À l’Agora de la Danse, se tiendra le Tournoi Nocturne des Imprudanses, à l’occasion duquel cinq équipes de danseurs se lanceront dans des joutes d’improvisation.

• Au Studio 303, ce sera le coup d’envoi du festival Edgy Women avec All Nuit Long, une nuit bien arrosée de projections de vidéos sur les clichés du monde de la performance sportive. Un photomaton interactif avec costumes et décors, si vous avez envie de vous métamorphoser et d’explorer davantage les liens entre le genre et le sport, le thème du festival cette année.

• À la Place des Arts, à minuit, il y aura le Dance Floor, un show de danse contemporaine et d’acrobatie, avec O Vertigo, Blu Print Cru la compagnie de hip hop, Héloïse Bourgeois, un extrait de « Ne meurs pas tout de suite, on nous regarde » de Manu Roque et Ian Yaworski qui réinvente et urbanise la gigue.

Il n’y a pas à dire, c’est beau une ville qui danse la nuit.

Stéphanie Fromentin : À la recherche du temps dansé

Stéphanie Fromentin. Création Dans (e) l'eau. Photo : Chrissy Cheung

Stéphanie Fromentin. Création Dans (e) l’eau. Photo : Chrissy Cheung

Un appartement clair et joyeux, une balançoire qui trône au milieu de la pièce, une grande photo encadrée de Margis Gillis, des confettis et des guirlandes, traces d’une fête-karaoké. Rencontre avec Stéphanie Fromentin, danseuse et chorégraphe, dans son antre. Lumineuse et d’une vitalité contagieuse, Stéphanie est aussi l’une des plumes et des voix du radio-blogue de danse Danscussions, autrement dit une danscucette. Elle présente cette semaine à Montréal Entre-temps, une recherche-création réalisée dans le cadre de sa maîtrise en danse à l’UQAM.

On peut partager un même événement, mais on n’en perçoit pas la durée de la même manière. Stéphanie Fromentin est partie de ces prémisses pour construire sa recherche-création. S’interrogeant sur l’expérience du temps aussi bien chez les interprètes d’une création chorégraphique que chez les spectateurs, elle a choisi de se pencher d’abord sur la perception du danseur. Comment celui-ci ressent-il le temps en dansant? Vaste et passionnante question. Pour l’appréhender, Stéphanie a fait appel à Emily Gualtieri et David Albert-Toth de la compagnie Parts+Labour_Danse, à qui elle a commandé des phrases dansées ainsi qu’un encadrement d’un travail d’improvisation basé sur des consignes spatiales de leur cru.

Stéphanie Fromentin. Photo : Parts+Labour_Danse.

Stéphanie Fromentin. Photo : Parts+Labour_Danse.

Pendant deux mois et plus d’une trentaine de répétitions, interprète et chorégraphes ont travaillé ensemble.  La démarche de Stéphanie est surtout expérientielle : « tout tourne autour des sensations, explique-t-elle. Mon but n’est pas d’interpréter les phrases chorégraphiques qui m’étaient présentées, mais de vivre des expériences différentes ». Pour rester dans le ressenti, la danseuse est allée jusqu’à éviter de visionner toute captation vidéo et image de son travail avec Parts+Labour_Danse. Stéphanie s’est aussi intéressée à la connexion entre le temps et l’espace, « ces jumeaux fraternels ». « La meilleure manière de visualiser le travail du temps est de marquer, de jalonner l’espace » ajoute-t-elle. En outre, la danseuse avait envie de se risquer à des pertes de contrôle et en a exprimé le souhait à Emily Gualtieri et David Albert-Toth, qui lui ont fait des propositions dans ce sens. Elle a ensuite joué avec la vitesse, l’ampleur et la qualité des mouvements, s’attardant notamment sur ses perceptions sensorielles.

Dans (e) l'eau. Création chorégraphie et dansée par Stéphanie Fromentin. Photo : Chrissy Cheung.

Dans (e) l’eau. Création chorégraphie et dansée par Stéphanie Fromentin. Photo : Chrissy Cheung.

Mais c’est quoi, au juste, une recherche-création? Pour Stéphanie, « il s’agit de passer par la création pour accéder à des concepts et à des expériences qui émergent de la danse ». La jeune femme est en dialogue avec sa recherche : « je suis en création, on crée sur moi, les choses naissent et grandissent. Ma recherche me répond, elle me lance de nouvelles pistes. C’est vivant. Pour moi, voilà ce qu’est une recherche-création. »

À l’affiche le 6 et 7 décembre à la Piscine-Théâtre de l’UQAM, Entre-temps est le résultat de cette expérimentation, pour autant qu’on puisse parler de résultat dans une démarche où le processus est primordial. Les spectateurs du 6 et du 7 décembre ne verront pas la même présentation, puisque chacune est différente. En effet, certains éléments sont établis d’avance et d’autres seront improvisés : « c’est comme si tu ouvrais une porte de répétition, précise Stéphanie. » Et lorsque je lui demande s’il s’agit d’un chantier en cours, elle me répond : « c’est moi, le chantier en cours! ».

Ceci n’est donc pas un show. Ce sera une création instantanée sous nos yeux, pendant laquelle le souffle de la danseuse sera amplifié par un microphone. Et qu’elle devra ensuite défendre lors d’une discussion avec son jury, présent dans la salle. Le public pourra participer au débat et la danseuse s’en réjouit d’avance, particulièrement intéressée par les impressions de celui-ci, notamment en ce qui concerne la perception du temps.

Stéphanie Fromentin. Photo : CND.

Stéphanie Fromentin. Photo : CND.

Après la maîtrise, Stéphanie Fromentin souhaite continuer à danser, à créer des pièces et à écrire sur la danse contemporaine, tout en enseignant cette pratique, ne souhaitant pas se cantonner à une seule activité : « je ne suis heureuse que lorsque je suis multiple, que lorsque je suis emplie de diverses manières de voir la danse et la vie. » Pour Stéphanie, tout est création : «un processus de création, c’est nourrissant et ça donne le tournis. Jeudi et vendredi, ce sera comme si je montais sur des montagnes russes, j’ai acheté le ticket à la fête foraine, je sais dans quoi je m’embarque mais je ne sais pas comment je vais prendre les virages et les chutes, les sensations sont différentes à chaque fois».

Entre-temps, une recherche-création sur la perception du temps chez le danseur,  Piscine-théâtre du département de danse de l’UQAM, 840 rue Cherrier, 6 et 7 décembre, 19h, entrée libre.

Les lunch-danse du Parcours danse 2012

Human Playground de Milan Gervais avec Andrew Turner. Photo : Sandra Lynn Bélanger

Human Playground de Milan Gervais avec Andrew Turner. Photo : Sandra Lynn Bélanger

La 13ème édition du Parcours Danse, c’est la semaine prochaine, du 4 au 6 décembre. C’est un événement organisé par la Danse sur les Routes pour diffuseurs et professionnels de la danse, avec entre autres un volet chorégraphes de la relève et un volet vidéodanse. Pour nous autres, non-danseurs ou danseurs dilettantes, il y a un spectacle à la Maison de la culture Ahuntsic demain mardi 4 décembre à 20, avec au programme les compagnies 605 Collective, Mayday et Sinha Danse.  Il y aura aussi Place des Arts trois spectacles gratuits en plein-air, joliment dénommés Danse sur la Place Publique :- Auto-Fiction de Milan Gervais, Human PlayGround 11h45 , 4 décembre, PDA, 11h45

– Ou est Blanche Neige? Manon fait de la danse 17h, 4 décembre, PDA

– Alors, dansez maintenant! Code Universel, 11h45, 5 décembre, PDA

Vous prendrez bien un peu de danse avec votre diner? En attendant que le Lunch Beat débarque à Montréal?

En Suède, on danse pendant la pause du diner, dans des garages, des musées et autres lieux. N’importe qui peut en organiser en respectant le manifeste du lunchbeat.org : tout le monde doit danser, c’est gratuit, ça dure une heure les jours de semaine à midi et le repas est fourni!

Friandises chorégraphiques minutées

Sasha Kleinplatz et Andrew Tay, organisateurs de Short&Sweet. Photo : Celia Spenard-Ko.

3 minutes par performance, pas une seconde de plus. La neuvième édition de Short & Sweet aura lieu le mercredi 28 novembre à la Sala Rossa et présentera 27 nano-créations inédites, qu’on pourra regarder en déambulant ou en se trémoussant, l’élixir de son choix en main.

3 mots d’Andrew Tay et Sasha Kleinplatz sur la neuvième édition de Short & Sweet : marionnettes, vidéos, whackers*

3 mots d’Andrew et Sasha sur Montréal : hybride, bon marché, brillant

3 mots d’Andrew et Sasha sur la scène de danse à Montréal : éclectique, déjantée, soudée

3 mots d’Andrew et Sasha sur la Sala Rossa : historique, sexy, arrosée

3 mots d’Andrew et Sasha sur leurs plans futurs dans le cadre de Wants&NeedsDance : organiser, diffuser, créer

Short&Sweet 5. Création d’Andrew Turner. Photo : Celia Spenard-Ko.

Des événements comme Short & Sweet font partie des raisons pour lesquelles j’ai commencé ce blogue. Éclectiques, festifs, coopératifs, interdisciplinaires, sortant la danse contemporaine de ses balises habituelles… Les organisateurs,  Sasha Kleinplatz et Andrew Tay de Wants&Needs Dance, ont conçu Short & Sweet comme une plateforme d’expérimentation pour des chorégraphes tant émergents qu’établis, où ces derniers peuvent délaisser leurs zones de confort. Ils ont voulu créer un cadre ludique et contrastant avec les salles de théâtre pour attirer un nouveau public vers la danse et la performance.

Il y en aura pas mal de premières fois mercredi. Des marionnettistes, des artistes de performance et des chorégraphes découvriront le défi des trois minutes. L’idée avait émergé lors d’un événement Piss in the Pool : également mis sur pied par Wants&Needs Dance, celui-ci investit une piscine vide, que s’approprient plusieurs chorégraphes pour créer une création in situ. En discutant avec une actrice de la scène locale de danse qui soulignait la longueur de certaines pièces, Sasha Kleinplatz a eu l’idée d’un événement basé sur une contrainte de temps.

Short & Sweet 8. Atypik le Collectif. Photo : Celia Spenard-Ko.

Et si vous vous demandez ce que nous réserve Wants&Needs Dance pour la suite, Sasha et Andrew sont en train de concocter de nouveaux concepts de soirées délirantes. Ils se proposent aussi de mettre en place des éditions de Short & Sweet et Piss in the Pool dans d’autres villes du pays.

Les chorégraphes et artistes participants à Short & Sweet 9 sont : Hanako Hoshimi-caines, Helen Simard, Tony Chong, Thea Patterson, Darsha Hewitt, Priscilla Guy, Mark Sussman et Jesse Orr, Katie Ward, Adam Kinner, Claire Lyke, Jonathan Fortin, Gerard Reyes, Caroline Dusseault, Audrey Bergeron, Frédéric Tavernini, Thierry Huard, Catherine Lavoie-Marcus, Emmanuel Jouthe et Laurence Fournier Campeau, Andrew Tay, J.D. Papillon, Kimberly De Jong, Frédéric Wiper et Rosie Contant, Julienne Doko,, Josianne Latreille, Karla Etienne, Maria Kefirova, Helen Simard, Irene Discós.

*Intraduisible, le terme whacking désigne un genre de danse urbaine.

Short& Sweet, 28 novembre, 20h30. Sala Rossa. 4848 Boul. St-Laurent.

Cinédanse, petit bilan à bâtons rompus

Photo : Ina Lopez. Aux limites de la scène de Guillaume Paquin.

On ne pouvait pas aller à Amsterdam mais la cinédanse est venue à nous. 4 jours de festival avec des films très éclectiques à Montréal.

Mon petit bilan : Un festival très sympathique (sympathique est le mot), ambiance conviviale, beau choix de films, Sylvain Bleau est charmant. J’ai adoré Aux limites de la scène de Guillaume Paquin sur Dave St-Pierre, Frédérick Gravel et Virginie Brunelle (je vous concoterai un texte là-dessus bientôt) et le court Là-bas, le lointain d’Alan Lake ; Co(te)lette m’a scotchée sur ma chaise ; Amélia, dont j’avais juste vu des extraits, m’a donné sommeil, malgré sa beauté – et là je vous donne le baton pour me battre mais les goûts et les couleurs ça ne se discute pas non?

Un regret : Avoir raté Life in Movement, car il fallait absolument que je dorme. Et j’avoue ne pas avoir vu autant de films que je voulais.

Des suggestions :

– Ne pas planifier Cinédanse pendant Pop Montréal!!!! Et pendant Quartiers danse aussi. Le même soir, il y avait le spectacle de Manuel Roque, Peaches et Aux limites de la scène. Trop de choses se passaient cette fin de semaine. Le faire plutôt en janvier, mais en tout cas, éviter à tout prix le weekend de Pop.

– Éviter le Cinéma Impérial, aussi beau soit-il, il ne convient pas vraiment à un festival de cinédanse. Trop immense, trop cérémonial, et tout public a l’air automatiquement parsemé.

– Le line-up était vraiment intéressant. Mais peut-être avoir plus de fil conducteur, un fil d’Ariane plus cohérent? Plus de courts? S’assurer aussi d’avoir un meilleur support technique. Et avoir des films d’ailleurs aussi. Pourquoi pas le film Zenne sur le danseur turc ? Et les courts-métrages de la réalisatrice libanaise Wafa’a Halawi, dont le premier était d’ailleurs à Cinedans à Amsterdam l’an dernier?

– Plus de discussions, plus d’échanges avec les réalisateurs.

Vivement le prochain Cinedanse!

Lire le bilan de Regards Hybrides : ici