La Gyrotonic : Circulez, y a tout à voir!

« La Gyrotonic est basée sur des mouvements circulaires et rythmiques, synchronisés avec la respiration » Isabel Mohn

Faisant de plus en plus d’émules parmi les danseurs, la Gyrotonic est accessible et bénéfique à tous.  Danseuse contemporaine et chorégraphe, Isabel Mohn enseigne cette technique à Montréal. Parmi ses élèves, elle compte des personnes intéressées par le mouvement, des danseurs, des femmes enceintes… Elle nous parle des principes et des bienfaits de la Gyrotonic.

La Gyrotonic est un système d’assouplissement, de renforcement et de rééducation  neuromusculaires faisant appel à une machine. Elle est basée sur des mouvements circulaires, fluides et rythmiques, initiés par la respiration. L’idée principale derrière cette pratique est que « la source de toute maladie est la stagnation, qu’elle soit mentale, émotionnelle ou physique. Tout comme dans une respiration harmonieuse, il n’y a pas de point final dans les mouvements exécutés. On cherche plutôt à aller vers l’infini et à dépasser les limites de notre corps», explique Isabel Mohn, qui enseigne la Gyrotonic à Montréal.

« Être à la fois dans son centre et en perpétuel échange avec ce qui nous entoure, pour moi, c’est là que la Gyrotonic et la création chorégraphique se rejoignent »

La Gyrotonic fut développée dans les années 80 par Juliu Horvath, un danseur roumain d’origine hongroise qui avait trouvé asile aux États-Unis pendant la période du rideau de fer. Suite à une rupture du tendon d’Achille et à une hernie discale, Horvath dut s’arrêter de danser. Il élabora alors une méthode prenant appui sur le yoga et intégrant des principes de la gymnastique et de la natation qu’il avait toujours pratiquées, donnant naissance à la Gyrokinesis. Par la suite, une machine comportant poulies, poids et sangles fut élaborée pour développer le potentiel de celle-ci : la Gyrotonic était née. Conçue en fonction de la manière dont nos muscles et nos os devraient bouger – librement et en trois dimensions – cette machine soutient et guide le corps, grâce une résistance, légère mais constante, qui sert de levier.Comme d’autres techniques somatiques, la Gyrotonic fait appel à l’ensemble des articulations, des ligaments et des muscles, mobilisant simultanément plusieurs groupes de muscles. Cependant, elle a ceci de spécifique qu’elle est axée sur des mouvements circulaires et non linéaires. « C’est une manière intelligente de travailler, souligne Isabel. On modifie ses perspectives, on éveille les sens, toute la perception, tout le corps ». Ainsi, lorsqu’on expérimente la Gyrotonic, l’influence de la natation saute aux yeux. On a la sensation de flotter dans l’eau, grâce aux poids de la machine qui allègent la gravité, on se sent soutenu et on peut bouger beaucoup plus librement.

Reconnue par les professionnels de la santé comme une méthode très efficace, la pratique développe la capacité fonctionnelle de tous les systèmes du corps. Isabel Mohn en souligne les nombreux bienfaits : « entre autres, la Gyrotonic accroît la flexibilité, la force et l’endurance, mobilise la colonne vertébrale et libère les articulations, élimine les tensions et les blocages, augmente la circulation du sang et de l’énergie, allonge les muscles et affine la silhouette du corps. »

« La Gyrotonic permet de lever des blocages dans le but d’atteindre son plein potentiel »

Cette méthode d’entraînement peut être très utile aux personnes blessées, notamment en ce qui concerne la réhabilitation de la colonne  vertébrale, des hanches et des genoux. La pratique est également pertinente pour les athlètes et peut les aider à prévenir les blessures, tout en améliorant la performance : en effet, on peut ajuster la machine de manière à optimaliser les mouvements propres aux disciplines sportives, par exemple le golf, le tennis, le patinage artistique, le hockey, etc.

Ceci dit, la technique est adaptable aux capacités de chaque personne et intéressante pour tous : elle permet d’être bien ancré dans son corps, d’améliorer la posture et la mobilité. Le lien avec la danse est évident, puisque la Gyrotonic a été développée par un danseur blessé. En particulier, celle-ci apporte une meilleure coordination et améliore la régénération neuromusculaire. Et, selon Elinor qui est danseuse, « la Gyrotonic, grâce à la résistance créée par les poids est très utile pour ne pas « crisper » les muscles et les jointures. Aussi, c’est un travail en profondeur et en douceur, idéal à long terme… Je sens davantage le momentum et le souffle, alors je fais les mouvements avec moins d’effort et plus d’amplitude, je vais plus loin que les limites de mon corps. Il y a plus d’espace dans mes jointures. C’est la respiration qui crée le mouvement, qui est organique et pas seulement musculaire ».

En outre, la Gyrotonic est également appréciée par des personnes et qui sont intéressées par le fonctionnement du corps et qui sont à la recherche de nouvelles méthodes d’entraînement. Ces personnes pratiquent souvent le yoga et le pilates, des techniques qui ont des connexions avec la Gyrotonic. Par ailleurs, celle-ci est très utile aux femmes enceintes : elle travaille le support et l’ouverture du plancher pelvien et du sacrum, crée de l’espace dans tout le tronc, allège les jambes lourdes et aide la circulation… Elinor, enceinte de huit mois et demi au moment de notre échange et ayant pratiqué la technique tout  au long de sa grossesse, décrit les effets de la pratique sur son corps: « la Gyrotonic m’aide beaucoup avec la circulation dans les jambes et la rétention d’eau dans mes pieds. En plus, mon sacrum est moins douloureux ».

Naomi, une autre élève d’Isabel, explique qu’elle a commencé la Gyrotonic alors qu’elle souffrait de douleurs au dos suite à un accident de voiture, ce qui l’empêchait de faire des activités sportives. Après des années de physiothérapie et d’ostéopathie, Naomi se sentait prête à essayer quelque chose de nouveau : « Au bout de deux séances, j’avais noté une différence dans ma posture et ma respiration. » Avec le temps, la jeune femme a gagné en flexibilité et en tonicité: « Peu à peu, des parties de mon dos qui étaient extrêmement raides sont devenues plus mobiles. Avec la Gyrotonic, j’ai appris que la manière de retrouver de la force dans certains muscles et de réduire ma dépendance à l’égard d’autres muscles était de fortifier et de stimuler mon centre. Après chaque session de Gyrotonic, chacune de mes jointures semble avoir allongé. Isabel me pousse à réaliser des mouvements de plus en plus complexes et à développer un sens spatial en bougeant. D’une certaine manière, je sens que je danse au ralenti ».

Enfin, la Gyrotonic pourrait être bénéfique aux personnes âgées, notamment en diminuant les douleurs, en augmentant l’amplitude des mouvements et en améliorant l’équilibre et la coordination.

Photographe : J. Reid. Danseurs : Isabel Mohn, Dean Makarenko

Isabel Mohn est danseuse, chorégraphe et enseignante de danse, entre autres au Studio 303. Originaire d’Allemagne, elle était venue au Québec pour faire la formation professionnelle de LADMMI, l’École de danse contemporaine de Montréal ; elle y habite et travaille depuis, tout en menant des collaborations en Europe. Ce qui l’attirée d’abord vers la Gyrotonic, c’est sa fascination pour l’être humain, son corps et le fonctionnement de celui-ci : « La Gyrotonic permet de lever des blocages dans le but d’atteindre son plein potentiel, précise Isabel. Cette action d’aller plus loin, de dépasser des barrières, qu’on retrouve dans la Gyrotonic, rejoint ma vision de la danse. J’aime partager cette expérience avec des gens qui ne sont pas nécessairement danseurs ».

Photographe : Patrice Blain. Danseurs : Katie Ward, Aude Rioland, Isabel Mohn.

Et si la pratique de la danse par Isabel Mohn influe sur son enseignement de la Gyrotonic, inversement, celle-ci nourrit son processus de création, explique-t-elle : « Être à la fois dans son centre et en perpétuel échange avec ce qui nous entoure, pour moi, c’est là que la Gyrotonic et la création chorégraphique se rejoignent. Le corps est à la fois un endroit immensément intime et un lieu de connexion et d’échange avec le monde. Je suis fascinée par cette dualité. En tant qu’artiste, c’est important qu’on nourrisse sont jardin secret, mais aussi qu’on soit relié au monde, à la société».

Pour expérimenter la Gyrotonic ou pour avoir plus d’information, contactez Isabel au: 514 272 0653 ou par courriel: isabelmohn@videotron.ca

Publicités

2 réflexions sur “La Gyrotonic : Circulez, y a tout à voir!

  1. J’ai adoré le titre de l’article. Il met le lecteur aussitôt dans le sens du mouvement et lui transmet le désir de bouger et de mieux connaître l’objet de l’exercice …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s