Manuel Roque : Les derniers jours du monde

Photo : Sandra Lynn Bélanger

Le vide, le chaos, la solitude, l’absence de communication, la volatilité du bonheur et du plaisir, la fin, la mort, autant de sujets très contemporains qui imprègnent la création déjantée et truculente de Manuel Roque « Ne meurs pas tout de suite, on nous regarde », présentée par Tangente et le festival Quartiers Danse au Monument National cette semaine.

Que feriez-vous si vous étiez l’une des deux dernières personnes sur terre? Manuel Roque et LucieVigneault, eux, jouent. Ils sautent à pied joint, gonflent des ballons, se ruent par terre, se battent comme chien et chat, posent des questions existentielles au public, à un ballon, hurlent à la mort, trépignent…. Ils jouent à fond avec un grand sérieux, exactement comme si c’était leur dernier jour sur terre. Et Lucie de s’époumoner « J’ai quelque chose de très important à dire » mais on ne saura jamais quoi. Et Manu de sauter en hurlant « Lucie, regarde-moi, Lucie je suis là! » dans l’indifférence de celle-ci.

Photo : Sandra Lynn Bélanger

Cette pièce qui mettra à dure épreuve tant vos muscles zygomatiques que vos oreilles est tout, sauf mélancolique. La création du premier résident chorégraphe de Tangente est tordante, délirante, d’une grande intensité physique, énergétique et théâtrale. Composée par Manuel Roque, la bande sonore déménage et va comme un gant avec la pièce : un organiste, des passants torontois, le chihuahua de la rue Dorion à Montréal, un sauteur à la corde, une bouilloire française, un chanteur parisien dans la rue, des extraits d’interview de Deleuze et Stephen Hawking, un extrait du film Happiness…

Photo : Frédéric Chais

Lucie Vigneault est danseuse, chorégraphe, répétitrice et enseignante. Elle danse notamment dans la compagnie de Marie Chouinard. On la verra la semaine prochaine dans Solitudes Solo de Daniel Léveillé à l’Agora de la danse.  Manuel Roque et elle n’en sont manifestement pas à leur première collaboration. Pour un spectacle de cirque, Cirque-Orchestra, ils avaient travaillé ensemble et se sont retrouvés pour 4Quart, création du collectif la 2èmeporte à gauche.

Faire une création chorégraphique sur la post-apocalypse, parler de vraies affaires en partant en vrille et dans un format tragi-hystérico-enfantin, bâtir le processus de création sur l’improvisation et gommer tout mouvement trop net et trop joli – processus qui relève de l’ « existentialisme kinesthésique » selon Manuel Roque – c’était une belle gageure. Mais le chorégraphe nous livre une création jouissive à textures et facettes multiples, qui va marquer cette rentrée.

Manuel Roque, le risque, ça le connait. Originaire de France et faisant du théâtre, il

Photo : Frédéric Chais

décide de venir à Montréal en 1997 pour se former en acrobatie aérienne à l’École nationale du cirque. Il travaille ensuite avec le Cirque Éloïse, puis quitte la stabilité financière et les codes artistiques peu malléables du monde circassien pour la liberté de création qu’on trouve dans la danse contemporaine. Il danse alors pour plusieurs chorégraphes, Sylvain Émard, Dominique Porte, Sylvie Chouinard… et se met à son compte pour développer ses propres créations, délaissant la sécurité des grandes compagnies. « L’art de la création, c’est prendre des risques » dit-il dans une entrevue avec feu le Montréal Mirror. On en est fort aises. Et impatients de voir le fruit de la prochaine prise de risques.

« Ne meurs pas tout de suite, on nous regarde », de Manuel Roque. Monument National. 21 et 22 septembre à 18h30, 23 septembre à 16h. http://www.tangente.qc.ca/

 

Publicités

Une réflexion sur “Manuel Roque : Les derniers jours du monde

  1. Pingback: Nuit Blanche : danser jusqu’au bout de la nuit | Dance from the mat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s