Yoga Mala, une initiative communautaire montréalaise : Entrevue avec Dawn Mauricio

Dawn Mauricio. Photo : Fondation Yoga Mala.

Entrevue en français ci-dessous

If you happened to pass through Jeanne-Mance Park on May 27, you may have certainly seen a large group of people performing 108 sun salutations. This was a fundraising event held by the Yoga Mala Foundation. Founded by Dawn Mauricio, Elizabeth Emberly and Jason Sharp, this organization uses yoga to provide grants and a collaborative support system to teachers committed to establishing yoga programs in communities that do not have access to the practice. The originality and strength of this initiative for Montrealers is to engage and empower teachers with regard to their programs throughout all of their different stages, starting with initial contact with the community, all the way to the implementation of the program. Moreover, teachers can exchange and support each other. And if you wish to get involved with the Yoga Mala Foundation but are not a yoga teacher, there are many other ways. An interview with the vibrant and graceful Dawn Mauricio, a yoga and meditation teacher involved in several community projects, whose energy and smile are contagious.

Le 27 mai dernier, si vous êtes passés par le Parc Jeanne-Mance, vous avez sûrement vu une centaine de personnes saluer le soleil 108 fois. C’était un événement de collecte de fonds de la fondation Yoga Mala. Mise sur pied par Dawn Mauricio, Elizabeth Emberly et Jason Sharp, cette organisation fait appel au yoga, afin d’offrir des ressources et un système collaboratif de soutien à des professeurs qui souhaitent déployer la pratique au cœur des communautés qui n’y ont pas accès. L’originalité et la grande force de cette initiative destinée aux montréalais est de responsabiliser les enseignants à l’égard de leur projet de A à Z, dès les premiers contacts avec la communauté jusqu’à la mise en place du projet. En outre, les professeurs peuvent échanger et s’entraider via un espace de partage. Et si vous souhaitez vous impliquer dans les activités de la Fondation Yoga Mala mais n’êtes pas professeurs de yoga, il y a diverses manières de le faire. Rencontre avec la pétillante et gracieuse Dawn Mauricio, professeure de yoga et de méditation impliquée dans divers projets communautaires, à l’énergie et au sourire contagieux.

Défi des 108 salutations au soleil, 27 mai 2012. Photo: Fondation Yoga Mala.

Dance from the Mat: Comment t’est venue l’idée de créer Yoga Mala?

Dawn: Tout a commencé en 2007. J’étais déjà professeure de yoga et j’étais très reconnaissante de pouvoir faire quelque chose que j’aime pour vivre. Par ailleurs, quand j’avais commencé à pratiquer le yoga, j’étais bénévole dans un centre de yoga pour pouvoir accéder à des cours. J’ai voulu témoigner ma gratitude à la communauté et lui rendre ce qu’elle m’a donné. Ce qui me passionne, c’est non seulement l’action communautaire mais aussi le partage des bienfaits du yoga. Ceci m’a amenée à organiser un événement de collecte de fonds en 2007 : les participants ont fait 108 salutations au soleil, encadrés par 4 professeurs provenant de traditions diverses. Les fonds recueillis ont été reversés à Greenpeace à Montréal. Il y a quelques mois, Elizabeth Emberly et Jason Sharp, les fondateurs du studio Naada Yoga où j’enseigne, m’ont proposé de créer une organisation non lucrative. La passion et l’engagement d’Elizabeth et de Jason à l’égard de l’action et du développement communautaires m’ont inspirée.

Dance from the Mat: À quels publics la fondation Yoga Mala souhaite-elle rendre le yoga accessible?

Dawn: Nous ciblons les communautés où il existe un besoin. Il peut s’agir de femmes victimes de violence, de personnes hospitalisées, de personnes à faible revenu, d’aînés, de jeunes en difficulté, de personnes en situation de détention, etc. Le yoga n’est pas bon marché, qu’il s’agisse de pratiquer, de faire une formation de professeur ou de mettre en place des programmes communautaires. Par conséquent, certains quartiers sont marginalisés en matière d’accès au yoga. À la fondation Yoga Mala, nous espérons rompre ces barrières en donnant un salaire aux professeurs qui veulent développer des projets de yoga pour atteindre ces quartiers.

Les 9 professeurs de yoga qui ont encadré les 108 salutations au soleil. Photo: Fondation Yoga Mala.

Dance from the Mat: Les organisations de bienfaisance en matière de yoga tendent souvent à négliger les personnes n’ayant pas les moyens financiers de faire du yoga, mais qui ne sont pas confrontées à des problématiques spécifiques de violence, de maladie, de vulnérabilité, etc. Est-ce une question qui interpelle Yoga Mala?

Yoga Mala 2012. Photo: Fondation Yoga Mala.

Dawn: Effectivement, à la fondation Yoga Mala, nous souhaitons nous adresser aux personnes et aux communautés qui disposent de faibles revenus, entre autres publics. Une de nos stratégies est de contacter divers centres de yoga, pour leur proposer d’organiser leurs propres événements dans le cadre de Yoga Mala. Ces activités pourraient être des conférences gratuites, des cours de yoga communautaire… De cette manière, des personnes à faible revenu pourraient accéder à la pratique, tout en « réinjectant » des fonds dans la communauté. Ceci permettrait de former un cercle complet et inclusif, introduisant le yoga dans toutes les sphères de la société.

Dance from the Mat : Yoga Mala lance des appels à projets destiné aux professeurs qui souhaitent enseigner dans des communautés qui n’ont pas accès au yoga. Quelles sont vos critères d’évaluation?

Yoga Mala 2012. Photo : Fondation Yoga Mala.

Dawn: Nous sommes à la recherche de professeurs de yoga certifiés qui ont déjà établi un contact avec la communauté où ils souhaitent mettre en place leur projet. Grâce à cette démarche, les professeurs de yoga construisent des liens avec les communautés et développent un sens d’engagement et de responsabilité à leur égard. Il serait préférable qu’ils aient une expérience préalable en action communautaire et qu’ils aient déjà enseigné au public qu’ils ciblent. Nous demandons d’ailleurs une lettre de recommandation du lieu où ils souhaitent enseigner. Nous demandons aussi aux candidats d’expliquer les bienfaits potentiels de leur projet pour les communautés. Les demandes de subvention sont examinées par un comité de pairs (composé de 4 à 5 personnes). En somme, les candidats doivent être motivés, créatifs et passionnés. En effet, si ces initiatives ne leur tiennent pas à cœur, elles ne seront pas menées à terme. Le fait de garantir que les candidats s’approprient les initiatives proposées, qui deviennent significatives à leurs yeux, renforce le pouvoir-agir des professeurs et leur détermination à porter le projet jusqu’au bout. Mon rêve et mon souhait, c’est que chaque professeur de yoga considère que le projet qu’il soumet est son projet à lui.

Yoga Mala 2012. Photo: Fondation Yoga Mala.

Dance from the Mat: Que pourrait apporter le yoga aux communautés qui n’y ont pas accès?

Dawn: Cela dépend des communautés et de leurs besoins. Pour les personnes âgées, les bienfaits du yoga sont le développement de la force et de la flexibilité physiques. Aux jeunes en difficulté, le yoga peut apporter le calme et un ancrage, ce qui leur permettrait de ne pas être vindicatifs et de prendre de meilleures décisions. En ce qui concerne les femmes victimes de violence, le yoga les aiderait à se réapproprier leur corps et leur esprit, à retrouver la confiance en elles-mêmes et à renforcer leur pouvoir-agir.

Dance from the Mat: Dans le cadre de Yoga Mala, comptez-vous créer un espace de partage pour que les professeurs puissent trouver des ressources et bénéficier de l’expérience de leurs collègues?

Yoga Mala 2012. Photo: Fondation Yoga Mala.

Dawn: La création d’un espace de partage et d’échanges est l’un des buts principaux de Yoga Mala. Nous souhaitons construire un système collaboratif et collectif de soutien pour les professeurs que nous allons accompagner, où ils pourront s’entraider et discuter des enjeux et des problématiques qu’ils rencontrent dans leurs projets. Nous mettons en place des activités où les participants peuvent se rencontrer, comme des conférences, des ateliers et des cours de yoga communautaire. Sur notre site Web, il y  a également un forum où les personnes peuvent échanger.

Dance from the Mat: Que signifie Mala?

Dawn: Il s’agit des chapelets utilisés pour prier dans les traditions bouddhistes et hindouistes. Ils sont composés de 108 grains, ce chiffre ayant une signification symbolique. C’est pour cela que nous faisons 108 salutations au soleil dans nos événements de collecte de fonds. Ce chapelet fait partie de notre logo : les grains représentent les communautés auxquelles nous voulons rendre le yoga accessible ; les espaces entre eux correspondent aux acteurs de la communauté de yoga qui désirent s’unir pour construire des projets. L’arbuste au centre du bracelet fait référence aux semences de ce que nous souhaitons cultiver.

Dance from the Mat: Tu es professeure de yoga et de méditation, tu as cofondé Yoga Mala, tu écris dans un journal en ligne de bien-être et de yoga, parmi bien d’autres choses… Pour clore cette entrevue, pourrais-tu nous parler du parcours qui t’a menée à cet engagement dans les diverses dimensions du yoga?

Dawn Mauricio. Photo : Julian Giacomelli.

Dawn: J’ai commencé à pratiquer le yoga en 2000, pendant mes études. Après l’université, j’ai travaillé dans le domaine du marketing pendant un an. Cela m’a rendue très malheureuse. J’ai décidé de quitter mon travail et de partir 4 mois en Asie du Sud-Est, où j’ai fait ma première retraite de méditation. À mon retour, je savais que le marketing n’était pas pour moi mais la pression sociale et familiale me poussait à retravailler dans ce domaine. Je me suis assise et j’ai réfléchi. La réponse qui s’est imposée à moi, c’est « pas de marketing », mais je ne savais toujours pas quoi faire. À ce moment, je faisais du yoga depuis 5 à 6 ans. Un jour, une cliente dans le salon de coiffure où je travaillais m’a suggérée de m’inscrire dans la formation de professeur de yoga dans le centre où elle enseignait. Après la formation, le centre « La joie du yoga » où j’étais volontaire m’a proposé de remplacer un professeur absent. J’ai donné mon premier cours, la peur au ventre, et cela s’est bien passé. Progressivement, on m’a proposé de plus en plus de cours. C’est ainsi que je me suis retrouvée à enseigner le yoga. Ce n’est pas moi qui ai choisi le yoga, c’est lui qui m’a choisie.

Prochain événement organisé par Yoga Mala

Un atelier d’acroyoga, le dimanche 8 juillet de 18h à 20h. Enseignants : YogaSlackers. Parc Jeanne-Mance.

Yoga Mala 2012. Photo: Fondation Yoga Mala.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s